LA PEUR EN ISLAM

En Islam, la peur (Al-Khawf) se divise en cinq catégories:

|1| La peur considérée comme adoration

C’est la crainte d’Allah Seul, sans aucun associé.

Cette peur est une adoration du cœur enjointe par Allah et elle officie comme baromètre de notre foi.

Et pour celui qui aura craint de comparaître devant son Seigneur, il y aura deux jardins. (55:46)

Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur, et préservé son âme de la passion, le Paradis sera alors son refuge. (79:40-41)

Ils craignent leur Seigneur, au-dessus d’eux, et font ce qui leur est commandé. (16:40)

Ceux qui communiquent les messages d’Allah, Le craignent et ne redoutent nul autre qu’Allah. (33:39)

Ils invoquent leur Seigneur, par crainte et espoir. (32:16)

|2| La peur naturelle

C’est le fait de craindre le vide, un animal sauvage, une situation dangereuse qui sort de l’ordinaire etc.

Elle est permise, tant qu’elle n’outrepasse pas la peur naturelle.

Plusieurs versets du Coran relatent la situation du Prophète Moïse (sallallahu ‘alayhi wa sallam) à ce sujet:

Il sortit de là, craintif, regardant autour de lui. (28:21)

Seigneur, dit-il, j’ai tué un des leurs et je crains qu’ils ne me tuent. (28:33)

Ils dirent: « Ô notre Seigneur, nous craignons qu’il ne nous maltraite indûment, ou qu’il dépasse les limites. » Il dit: « Ne craignez rien. Je suis avec vous: J’entends et Je vois. » (20:45-46)

Moïse ressentit quelque peur en lui-même. Nous lui dîmes: « N’aie pas peur, c’est toi qui auras le dessus. » (20:67-68)

Si une peur préoccupe une personne en la détournant de l’obéissance à Allah, au point qu’elle délaisse certaines obligations, elle devient alors une peur considérée comme désobéissance (voir titre 4).

Et si une crainte prend trop d’importance dans sa vie et son cœur, au point de craindre une chose comme on craint Allah ou plus encore, elle devient alors une peur considérée comme association (voir titre 3).

|3| La peur considérée comme association

C’est le fait de craindre autre qu’Allah, comme on craint Allah ou plus encore (par ex. des gens de pouvoir, un juge, les forces de l’ordre, les suppôts du Diable, les djinns etc.).

Allah nous commande de ne craindre que Lui. La peur des djinns et des hommes, aussi influents et puissants soient-ils, est donc contraire au Coran.

N’as-tu pas vu ceux auxquels on avait dit: « Abstenez-vous de combattre, accomplissez la prière et acquittez la Zakat! » Puis, lorsque le combat leur fut prescrit, voilà qu’une partie d’eux se mit à craindre les gens comme on craint Allah, ou même d’une crainte plus forte encore. (4:77)

Ne craignez donc pas les gens, mais craignez Moi. (5:44)

|4| La peur considérée comme désobéissance

C’est le fait de délaisser une obligation ou de commettre un interdit à cause de la peur d’une ou de plusieurs personnes, sans que cela n’atteigne le stade de contrainte.

En ayant cette crainte, on ne donne pas suite à un devoir religieux ou on commet un péché par crainte de répercussions négatives. Cette peur est également contraire à la parole d’Allah, qui nous commande de ne craindre que Lui.

La crainte de son supérieur si on prie au travail, la peur de se faire appréhender par quiconque en se rendant à la mosquée, ne pas porter le hijab ou se couper la barbe par crainte de ne répondre aux standards des Koufars lors d’une situation donnée etc.

Ne les craignez donc pas, mais craignez-Moi. (2:150 et 5:3)

C’est le Diable qui vous fait peur de ses adhérents. N’ayez donc pas peur d’eux, mais ayez peur de Moi, si vous êtes croyants. (3:175)

|5| La peur illusoire

C’est la peur qui n’a aucune raison concrète ou pour autant qu’elle en ait une, elle est faible.

C’est le fait d’avoir peur de l’échec, de l’incertitude, la peur sans nom, etc.

Une telle peur est blâmable, car la foi véritable, la pleine confiance en Allah et le courage repoussent cette catégorie de peur.

4 commentaires sur “4”

  1. Salem ouahlikoum,
    Concernant la peur, je n’avais pas cette peur disproportionnée avant que mon cerveau ne se rappelle de tous les abus que j’ai vécu dont l’attouchement d’un parent. Et malgré cela, je continue à essayer d’être juste envers eux du mieux que je peux. J’ai commencé à avoir peur de tout et j’ai multiplié ma pratique religieuse afin de satisfaire Allah, mais je sens toujours une gêne que j’en faisais trop dans l’état où je me trouve. Les thérapeutes (musulmans) m’ont expliqué que cela venait d’un traumatisme (stress post traumatique) qu’il fallait que je me soigne avant de vouloir essayer de faire plus que mes obligations, car je ne gère pas. J’ai peur même de parler. Je ne retiens plus rien du tout quand j’essaie d’apprendre je ne retiens rien, on m’a expliqué que cela était du à la surcharge du cerveau. Je survis soubhanallah, et je culpabilise de pas être à la hauteur face à Allah. Mon psychologique à été touché et je vous assure que c’est pas facile mais l’espère par la grâce d’Allah guérir prochainement … Je suis fatiguée, car je me mets la pression de vouloir toujours bien faire en islam, mais j’en oublie de me détendre. Qu’Allah me facilite et facilite a toutes les personnes qui ont vécu ou vivent une épreuve semblable.

    1. Alaykoum As-Salam,

      Comme la situation qui vous caractérise est une épreuve en premier lieu, je me permets de vous indiquer le lien de l’article qui évoque les épreuves. Peut-être que l’un où l’autre aspect qui y est nommé vous sera utile, insha’Allah.

      https://adhan.ch/les-epreuves/

      Sachez qu’il vous sera impossible de sortir de votre situation tant que vous estimerez qu’une personne ou une chose en dehors d’Allah puisse vous aider d’une manière quelconque. Je me permets de vous l’indiquer, car vous faites référence à des thérapeutes qui n’ont de science que celle de l’égarement.

      D’ailleurs, vous devriez avoir constaté par vous-même que leur philosophie ne vous aide pas et leurs discours obstruent le chemin d’Allah, quoi qu’ils en disent.

      Suivre leurs discours ne fera que prolonger votre errement.

      C’est le dévouement à la religion d’Allah qui vous mènera vers la guérison, et vouloir faire passer autre chose en premier lieu ne vous aidera en rien, SubhanAllah. Les thérapeutes ont de beaux discours, mais leurs mots ne reposent sur rien. Au final, ce ne sont là que des coquilles vides de sens et leurs paroles égarent les gens.

      Lorsqu’on les voit, on est séduit par leur aspect; et quand ils parlent, on écoute leurs propos. Ils sont comme des bûches appuyées (contre des murs) et ils pensent que chaque cri est dirigé contre eux. Ce sont eux les véritables ennemis. Méfie-toi d’eux. Qu’Allah les anéantisse. Comment s’écartent-ils ainsi de la vérité? (Coran 63:4)

      En définitive, ils estiment qu’on peut guérir en se passant d’Allah. Sachez que personne ne peut se passer d’Allah – pas même une seconde – et s’obstiner à rechercher une voie intermédiaire ou penser qu’une autre voie est aussi bonne ou meilleure que l’Islam, est un égarement majeur.

      Il n’y a qu’Allah qui soit capable de décharger les épaules des gens. Et personne d’autre que Lui n’est en mesure de le faire. D’ailleurs, pourquoi Allah déchargerait-Il les épaules de ceux qui ne veulent pas comprendre que c’est à Lui seul qu’il faut s’en remettre?

      Allah n’est-Il pas le Tout Puissant (Al-Aziz) qui à pouvoir sur toute chose ? Allah n’est-Il pas le Contraignant (Al-Jabbaar) qui ramène à la normale, rétablit un ordre, rectifie, remet en état et desserre l’étreinte en s’imposant avec force ? Si Allah dit « oui », qui peut dire « non » ? Et si Allah dit « non », qui peut dire « oui » ?

      Cessez donc de voir des thérapeutes qui bercent leur âme dans la sottise et transmettent leur fausse science.

      Pour guérir, vous devez placer votre confiance en Allah. Et c’est en Lui qui vous devez placer votre confiance uniquement, car Allah suffit pour toutes choses.

      Enfin, sachez que la parole d’Allah est aussi une guérison en soi.

      Allah dit dans le Coran:

      Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu’accroître la perdition des injustes. (17:82)

      Dis: «Pour ceux qui croient, il est une guidée et une guérison».(41:44)

      Qu’Allah vous facilite, pour autant que vous ne vous en remettiez qu’à Lui. Amîn.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.